image description
image description
image description

A-t-on vraiment besoin d’emballer les concombres dans du plastique ?

  • 5006
  • 61
  • 2.5
image description
image description

Des sacs pour les légumes, des sacs pour les fruits, des sacs pour le pain, du film alimentaire pour la viande et même des sacs plastiques pour les produits bio... La quantité de plastique que nous rapportons avec nos courses est impressionnante. Mais avons-nous vraiment besoin de tout ce plastique? N'est-ce pas un énorme gaspillage de ressources qui viennent encombrer nos poubelles inutilement ? Les plastiques représentent une énorme quantité de nos déchets. En effet, ils sont évalués à 24,7 millions de tonnesi en Europe. Le problème des emballages plastiques mérite donc toute notre attention, car on les retrouve à de nombreuses reprises dans notre quotidien. Voyons quelques exemples

Les emballages sont-ils vraiment nécessaires?

image description

À première vue, la réponse est évidemment oui. Mais pourquoi ? Même si l’emballage est également utilisé à des fins marketing, son rôle est avant tout de protéger les produits durant leur transport et, plus particulièrement, de préserver la fraîcheur des aliments. De prime abord, cela paraît effectivement indispensable.

Il est important de préserver la fraîcheur des aliments pour deux raisons. Premièrement, les aliments frais nous apportent des vitamines essentielles. Plus les aliments sont frais, plus ils apportent de vitamines. Les supermarchés et les producteurs consacrent donc beaucoup de temps et d’argent à la préservation de la « chaîne du froid* » afin de nous proposer des aliments plus savoureux et meilleurs pour la santé. Un emballage adapté rallonge la durée de conservation des aliments.

image description

Deuxièmement, la préservation des aliments permet de réduire le gaspillage. On estime que 40 à 50 % de la nourriture que nous produisons n'est pas consommée. Cela est dû en partie aux pertes ou aux détériorations qui surviennent lors des phases de production ou de distribution. Toutefois, les pertes les plus importantes surviennent après l’achat.Pensez aux quantités de bananes ou de pommes que nous jetons chaque année lorsqu’elles ne sont plus assez fraîches.

À l’heure où nous nous interrogeons sur les moyens de nourrir une population mondiale toujours croissante, la réduction du gaspillage alimentaire devrait être une priorité.

Pourquoi utiliser des emballages plastiques?

Les arguments en faveur de l'utilisation du plastique en tant qu'emballage sont simples. Le plastique protège efficacement. Il peut être utilisé pour les produits secs, les aliments frais, ainsi que pour les produits lourds ou extrêmement fragiles. Il permet à la nourriture d'atteindre les rayons en bon état et de préserver sa fraîcheur! Le plastique protège également les aliments lorsque nous les rapportons chez nous, puis lorsque nous les stockons.

Au fil du temps, nous avons réussi à réduire la quantité d’emballages que nous utilisons. Il y a 10 ans, les emballages pesaient 28 % de plus qu’aujourd’hui ii. Désormais, ils ne représentent qu'environ 1 à 3 % du poids des produits emballés.

Le plastique permet également d’améliorer la durabilité :

  • Au cours de sa vie, un concombre a besoin de 375 litres d'eau potable (pour sa culture, son lavage, son transport, etc.). L’emballage plastique utilise environ 0,02 litre d'eauiii.
  • Les concombres emballés restent frais jusqu’à 14 jours, contrairement aux concombres non emballés, qui restent frais entre 3 et 7 jours. De nouvelles membranes « imper-respirantes » (perméables à l'air) promettent jusqu’à 40 jours de fraîcheuriv.
  • En moyenne, l’empreinte d’un emballage plastique est de 1 % par rapport à celle de l’aliment qu’il protège. L’émission de CO2 lors de la culture d’un concombre (y compris lors de son transport, de son lavage, etc.) est d’environ 4,5 kg. Les 5 g provenant de la feuille de plastique qui le protège génèrent environ 10 g de CO2 v.

image description


Existe-t-il des alternatives au plastique?

Bien sûr ! Le métal, le papier, le bois et la céramique protègent très bien les aliments. Cependant, leur coût de transport est bien plus élevé du fait de leur poids plus important (en moyenne, 3,6 fois supérieur à celui du plastique) qui génère davantage de frais en termes de carburant et d'émissions de CO2. Une étude récente suggère que si l’Europe optait pour d’autres formes d’emballages, nous utiliserions 27 millions de tonnes de pétrole supplémentaires. D'autre part, les émissions de CO2 pourraient augmenter dans des proportions équivalant à 21 millions de voituresvi

L'avenir de l’emballage plastique

L’utilisation rationnelle des ressources (pétrole) peut sans aucun doute être améliorée. On pourrait, par exemple, réduire le poids des emballages plastiques. Pour ce faire, il est nécessaire d'améliorer leur résistance, domaine sur lequel les entreprises travaillent actuellement. Elles réfléchissent également à des plastiques alternatifs issus d’autres ressources, tels que les bioplastiques.
Cependant, des progrès peuvent encore être faits quant à la récupération, à la réutilisation, au recyclage et à l’incinération du plastique après utilisation. Les collectivités locales gérant déjà les déchets de diverses façons, il n'y a pas de solution unique pour le recyclage et la réutilisation des plastiques. Certaines collectivités recyclent déjà beaucoup. D’autres commencent à considérer les déchets plastiques comme des ressources. L'important est de ne pas oublier que les emballages plastiques peuvent être recyclés et réutilisés, et que tout le monde (l'industrie, les collectivités et les consommateurs) a un rôle à jouer

À méditer...

Voici une information qui mérite réflexion : les plastiques sont faits à base de pétrole. Ne pourrions-nous donc pas les récupérer afin de générer de l’énergie en les brûlant ? Sur les 58 % de plastique récupérés dans les états membres de l’UEvii24 % sont recyclés et 34 % sont brûlés pour générer de l’énergie. Étant donné les besoins énergétiques actuels, n’est-ce pas un gâchis de jeter le plastique ?
Les initiatives de ce type nécessitent toutefois la participation de tous : l'industrie, les collectivités locales et chacun d'entre nous chez lui et sur son lieu de travail. Le simple fait de trier nos déchets nous permettra d’utiliser ces ressources plus judicieusement et d'apporter un changement positif à notre mode de vie.

* chaîne du froid : terme désignant le maintien des basses températures nécessaires pour conserver les produits fragiles tels que les aliments et les produits pharmaceutiques, de leur fabrication à leur transport, entreposage et stockage.

Références

i Plastics – The Facts 2011, PlasticsEurope
ii http://www.federplast.be/
iii numbers based on LCA data
iv Shelf-life of cucumbers http: //www.packagingnews.co.uk/
v numbers based on LCA data
vi numbers based on LCA data
vii Denkstatt study by PlasticsEurope “Plastics – The Facts 2011”, PlasticsEurope